Home / Essais Motos / California 1400 Touring SE
California 1400 Touring SE
Écrit par Semeac   

 

 Lors de l’achat de ma Moto Guzzi Norge8V, je m’étais inscrit sur My-MotoGuzzi.fr. Au mois de Juin, j’ai reçu une invitation d’essai à l’occasion du Moto Live Tour 2015 Aprilia, organisé tous les ans par Piaggio. Vous aurez remarqué, en passant, que Piaggio qui chapeaute Aprilia et Moto Guzzi met en avant le premier et ne mentionne pas le second. Lorsque je me suis inscrit via internet pour un essai de la California 1400 Touring, j’ai été surpris de constater que mon concessionnaire de Lectoure ne figurait pas sur la liste des centres d’essais, lui qui est parmi les plus gros vendeurs de Moto Guzzi en France…mais c’est vrai qu’il ne ‘’fait’’ pas Aprilia. Il n'y avait pas beaucoup de centre d'essais sur la carte. Le plus proche de chez moi étant Foix, j’avais opté pour Foix. On pouvait essayer plusieurs motos mais sur la liste, seule la California m’intéressait, étant fidèle au concept moto grand tourisme.

 

 

 Le jour venu, en arrivant chez le concessionnaire de Foix, ce n’était pas la grande fête, mais quand même un petit stand avec ombre et surtout boissons fraîches attendait les essayeurs de tout poil. Il faisait très chaud et le coca en était que plus désaltérant. Un grand semi-remorque immatriculé en Italie  était sur le parking et devant 7 à 8 motos étaient bien alignées. Elles étaient elles aussi frappées du ‘’I ’’ Italien. La parade eut été parfaite si cela avait été sur une esplanade goudronnée lisse. A Foix, il a fallu se contenter d’un sol poussiéreux et parsemé de cailloux. Il y avait un modèle de chaque gamme des 2 constructeurs, mais je n’ai eu d’yeux que pour la Calif, qui faisait un peu grosse mémère dans cette file de mannequins prêtes au défilé. Plus je m'approchais et plus j'étais intimidé. 2 gros tromblons sous les 2 valises latérales me tenaient en joue.

 

 

 Le briefing avait été rapide et il restait une demi-heure avant l’essai. J’ai eu tout le loisir de décortiquer la moto qui de près s’avérait pour moi encore  plus grosse. La finition de cette Touring SE par rapport à la Norge est impressionnante, le bicylindre y est plus mis en évidence. Les parties en plastique ne font vraiment pas plastique sauf quand vous pianotez dessus. Pas trop de chrome, on n'est pas dans l'ostentatoire. Les valises latérales avec protection chromée est dans la tradition de ce genre d'engin. La plastique est superbe, une ligne résolument italienne. L’intimidation cède la place à l’admiration. Le poste de pilotage est très dépouillé, un cadran unique devant vous donnant quand même beaucoup d’informations, il y a même un indicateur de rapport engagé. Les informations sont analogiques et numériques, les numériques sont  difficilement lisibles quand le soleil cogne dessus. Le pare-brise est épais et est complété par 2 ailes de papillon en retrait, la protection au vent est très bonne.

 

 

 Quand l’ouvreur a donné le top du départ, cela s’est précipité, chacun s’est débrouillé avec son véhicule …mais sur les motos modernes, il n’y a rien de spécial. J’avais repéré les boutons vitaux situés aux bons endroits et pour le reste je n’ai pas cherché à rentrer dans les détails, mes voisins avaient déjà démarré leur machine et commencé à partir. Je démarre la Calif et rien ne m’a étonné, par rapport à la Norge le son est un peu plus caverneux mais on reconnaît les yeux fermés la parenté. Je redresse la moto de la latérale et je constate que la moto est quand même lourde (325kgs). Je m’assoies sur la selle, j’ai les pieds bien à plat. Par contre le sélecteur est bien trop en avant pour mes jambes ainsi que la pédale de frein, je suis presque assis sur le réservoir pour être à l’aise avec le maniement de ces pédales.


 Tout le groupe est déjà à l’entrée du parking, prêt à bondir sur la route et n’attendait plus que moi. Embrayage un poil ferme et Klong normal de 1°. Le parking étant garni de gros et de petits cailloux, j’ai fait gaffe afin de ne pas me mettre par terre, je constate de la lourdeur dans le guidon. Cette lourdeur, je l’ai ressentie tout au long de la traversée de la ville, à basse vitesse. La sensation de l’accélérateur ride by wire est un peu surprenante, on n’a pas l’impression d’être 
maître directement  de la situation, mais cela est très fugace. Sur la route, une fois le moteur lancé, on ne ressent plus, aucune vibration. Ce moteur est plus réussi que le moteur de la Norge, il part de 2500tr/mns sans grognement, sans cognement et fait littéralement bondir la lourde moto, il semble avoir du couple partout. Les bras s'étirent au fur et à mesure que le compte-tours grimpe. Je n'ai pas osé aller voir à la limite.

 On est parti  essayer les motos sur 50kms sur la D117 qui tournicote en partant de Foix vers La bastide de Cérou. Je suis bon dernier mais je laisse filer mes camarades d’essais pour bien m’habituer à cette machine quand même très différente de la Norge. Les freinages appuyés pied droit et main droite sont rassurants et convaincants pour stopper la grosse masse en mouvement. L’assurance venant, je prends les virages plus vite m’attendant à ce que les cales pieds frottent, mais pas le moindre frottement et pourtant il me semble que je suis bien penché. Les grandes courbes sont faciles, les réactions de la moto sont très saines. C’est confortable mais il y a quelques coups de raquettes au niveau de la suspension arrière. Globalement l'assise est du style relax et confortable.

 

 

 

 

 

  Pour le retour, la seule moto que j’ai pu doubler a été la V7 et à l’arrivée, il y avait une belle marge entre elle et moi. Pour les autres motos, sur route ouverte, la différence de roulage n’est pas flagrante, les accélérations du gros 1400 ne sont pas ridicules. Mais dans les séries de virolos, j’ai préféré rendre la main, je ne maîtrisais pas le sujet. Autant la Norge a été évidente d’entrée, autant il me faudra beaucoup de Kms avec la Calif pour que je me sente bien.Seulement la position de conduite n'est pas adaptée à ma taille. Si le guidon peut être descendu et de ce fait plus proche du pilote, pour les pédales, c'est une autre affaire. Rien n'a été prévu pour les reculer. Vu le poids, une marche arrière n'aurait pour moi, pas été superflue.

 J'ai rendu les clés pas entièrement convaincu mais pas rebuté non plus. C'est une belle machine qui flatte l’ego de son propriétaire, cruiser à son bord sur l'autoroute et les grands espaces doit être bien agréable. Ceci dit, elle ne correspond pas tout à fait à mon utilisation de la moto. Et si Moto Guzzi greffait sur la Norge, le moteur la California?

 
 
 
 Les + :

Moto sublime et valorisante

Un moteur envoûtant, beaucoup plus convaincant que celui de la Norge8V, une synthèse entre un bi et un 4 cylindres.


 Les - :

Direction un peu lourde.

La position de conduite ne me plaît pas, les pieds sont trop en avant.

Ne correspond pas à mes standards routiers .