Home / Essais Motos / Triumph Thruxton Ace 2015
Triumph Thruxton Ace 2015
Écrit par Semeac   

 

    Plus vintage, c’est pas possible. Plus Café Racer non plus. Elle a un look d’enfer et fait craquer la gente féminine. La plupart des conducteurs de cette Thruxton ace sont des conductrices. Cette édition spéciale, fabriquée par Triumph avec la collaboration de l’Ace Cafe London, porte les couleurs du célèbre Café et a été produite à seulement 100 exemplaires pour la France durant l’année 2015. Son look spécifique attire les regards admiratifs. Il comporte un guidon un peu bracelet avec des rétroviseurs escamotables fixés en bout, une selle monoplace avec capot de selle à l'extrémité, deux pots chromés relevés et des roues à rayons. L’ensemble dépouillé, avec pas mal de chrome est classieux.

 

 

 

Elle cache tant bien que mal la modernité réelle de sa mécanique. L’injection se camoufle derrière des corps de carburateur old school. Ils ont soudé un écrou antique sur le tube d’échappement mais la sortie échappement du cylindre ne comporte plus de taraudage. Les roues sont à rayons mais le pneu est tubeless. Le refroidissement se passe  toujours d’eau, le radiateur d’huile, discret est bien intégré. L’ensemble est bien fini, propre, cela respire la simplicité et les ailettes fraisées au carré attirent le regard. Les pneumatiques avec un petit 130 à l’arrière, en plus de très certainement donner de la vivacité, renforcent l’image d’une moto au look ancien.

 

 

 

Au moment de démarrer la moto, on est surpris de ne pas trouver le Neiman à sa place habituelle, près du phare. Il faut se pencher vers l’avant et sur le côté gauche et pour insérer la clé, ce n’est pas très naturel. De plus on ne peut plus directement débloquer le guidon, il faut le faire du côté droit comme sur mon ancienne Vespa. Peut-être que cela contribue à renforcer le côté old. Pour démarrer heureusement qu’il n’y a pas de kick et tout se fait normalement, grâce à l’injection, à la première impulsion sur le bouton dédié. Le bruit du moteur est bien moderne, doux, bien rond, bien atténué par les 2 pots pourtant en forme de mégaphone.

 

 

 

En enfourchant la moto, l’assise est moelleuse, le redressement de la position sur latérale se fait aisément, la moto ne semble pas lourde. Au moment de saisir les poignées, le corps est bien ramené vers l’avant, en appui sur les poignets. La hauteur de selle est limite pour moi, je suis sur la pointe des pieds. Les rétroviseurs de bonne taille, placés en bout des mains mais bien placés permettent de voir aisément vers l’arrière. La première se passe sans qu’on y prête attention et c’est parti. L’accélération est douce, linéaire, sans brutalité et déjà, il faut rendre la poignée car le vent fait décoller mon casque, n’étant pas habitué à recevoir autant de vent..

 

 

 

Les courbes se négocient normalement, la moto est facile, on ne peut cependant pas serrer le réservoir entre les genoux, pourtant ceux-ci me semblent bien remontés. Par 2 fois, j’ai senti un flottement au niveau du pneu arrière, les pneus Avon en sont peut-être la cause, mais également la chaleur excessive du jour avait peut-être fait fondre le goudron. La prise en main est presque immédiate, le temps d’adaptation rapide. Elle n’est pas piégeuse pour 2 sous. C’est une moto à mettre entre toutes les mains. On ne sent pas que le moteur est un bicylindre, il est bien équilibré et souple. C’est sûr que 69ch et 69mN ne sont pas des valeurs élevées.

 

 

 

J’ai lu que certains la trouvent molle, moi je trouve qu’elle a de franches accélérations. Je ne l’ai pas essayée sur autoroute, la pression du vent doit être terrible. Sur les routes départementales, on se sent bien, on conduit en toute sérénité. Il ne faut cependant pas que la route dure trop longtemps. Ce n’est pas une question de confort, je l’ai trouvée très confortable, mais la position en appui fatigue un peu à la longue. Pour la ville elle convient très bien, elle est compacte, elle est très vive même si le rayon de braquage n’est pas idéal. C’est vraiment un cafe racer, avec elle quand vous arrivez à une terrasse, tous les regards se tournent.